Bienvenue sur le site talipo

Dernier haïku dans Hydrea:
brouillard au vent cède
les poings se lèvent les têtes
et la terre gronde

800px-Ambigramme_Oulipo_(bold_pencil)

Derniers textes dans le recueil Ouvrir ( 12 et 14 décembre ) :

harpe étique

dire l’essentiel
oui mais que choisir
autre solution
éructer des folies admissibles
pour atteindre la notoriété rien à foutre
ou tourner la feuille
pour écrire à l’envers
à travers
à revers
à délier les trames encollées
dissoudre les encres
dans quoi
des larmes
des crachats
de l’acide et contempler
rouge de purulence
un monde qui défile lentement
lentement
lentement

Voir la page de ce texte

la coupe sauvage

hier la terre entra chez le coiffeur
il l’a shampooinée avec douceur
puis de la blouse grise le piège
l’a bien ligotée au fond du siège

Comment je vous coupe, ma beauté ?
dégagez un peu ma liberté
laissez-moi retrouver naturelles
les couleurs que je trouvais si belles

s’anime la danse du ciseau
le barbier souple comme un roseau
fait glisser une lame cruelle
le rasoir s’acharne et décibèle

Ce n’est pas trop chaud ? le figaro
avec le rire froid du bourreau
coupe extirpe laboure éradique
mèche rebelle twist impudique

jette un colorant un défoliant
engluant tout d’un gel émollient
chasse un poil d’une brosse sournoise
retire la blouse et tend l’ardoise

où sont fleuves et collines douces
libellules et fauvettes rousses
chêne rouvre et flamboyant mélèze
lèvre rouge qu’entrouvre la fraise

nous qui avions attendu devant
on a vu sortir en coup de vent
un boulet jailli de la boutique
la sphère monstre mathématique

Voir la page de ce texte

Derniers textes dans le recueil Oripeaux ( 8 et 13 décembre ) :

A l’envoi je twooshe

Lentement vient au jour tout écrit oulipien
Mais quand son vol se prend et glisse mieux que skis
Le dormeur ne craindra rien ni de l’art exquis
Ni des gauches médias ni du brasier qui vient.

Rio léger géniale tôt ne met s’élever certain: s’écarte vire -de l’étalé suret sur fine latte en if fart ne mêla gel- littérature contrainte
et ni art nocé rut à ret t’illégalement raffine et tale ni fruste ruse la télé dérive traces ni âtre crevé lestement ôte laine grège, loir.

Voir la page de ce texte

express côtier

Abordant à Samsø
Grand drakkar antan
S’accordant à Donsö
Donna ton chantant

Moralité :
Ô Dan’mark ! Ram’na do

Voir la page de ce texte

Journal

14 décembre : Anagramme respectueuse :

houellebecq aime trump
« quel bel homme ! » cria …

10 décembre :  Anagramme pour soixante dix ans :

la déclaration universelle des droits de l’homme
héros mal décalés méditent l’avenir d’or du soleil

11 novembre : Pour la veille de cette date, centième anniversaire de la paix de 1918, on annonce un hommage aux maréchaux victorieux (notamment Philippe Pétain). Un bigollo :

on a cru
que cent ans après
le onze novembre pourrait
devenir la célébration des peuples en paix
que le silence des feuilles d’automne effacerait à jamais le bruit des armes
que par les vallons baignés de soleil de la terre généreuse un sillon gras ferait jaillir non le fer mais la gerbe dorée

on pensait
que chaque pays
en ce jour où l’on se souvient
allumant un fanal dirait halte aux barbaries
tendant de capitale en capitale une guirlande aux couleurs de l’amitié

mais voilà
notre président
exalte les vaillant guerriers
ceux qui flanquèrent au boches une pile monstre

maréchaux
vainqueurs glorieux
qui versèrent un flot de sang

au pas marche
ce président bleu

horizon

Voir la page de ce texte

9 novembre : Centième anniversaire de la mort de Guillaume Apollinaire.

Macron veut panthéoniser
Un grand écrivain qui naguère
Fut touché par la grande guerre ?
Cent ans après que Calligrammes
Soient orphelins, par ce pangramme
Je suggère un alcoolisé.

Qui fut Guillaume Albert Vladimir Alexandre Apollinaire de Kostrowitzky ? – Je sèche.

 Suivez ce lien pour retrouver les dates plus anciennes dans la page «journal».


L’ambigramme du mot Oulipo est l’œuvre de Basile Morin. Je recommande la visite de son beau site.